Réserver

Couple

Une femme et un homme dans un huis clos. Le couple, dans tous ses états, passe du réalisme d’un quotidien parfois tendre au fait divers meurtrier. Où que ce soit, le couple est le mixeur des contradictions, le cercueil des idéaux. Règlements de comptes, attirances et répulsions.

Le désir, le sexe, la perte, la haine, la fuite, la passion, la réconciliation… Beaucoup de déglingue aussi ! Gilles Gaston-Dreyfus, comédien et auteur, est une figure récurrente des galaxies d’Édouard Baer, de Jean-Michel Ribes et de Sophie Perez, sous la direction desquels il a joué au Théâtre du Rond-Point à Paris. Et comme aurait dit Churchill s’il n’avait appliqué la formule à la démocratie : « Vivre en couple est le pire des choix, à part celui d’être seul ».

Quelques commentaires de la presse lors de la création par l’auteur en 2016 de la pièce au Théâtre du Rond-Point :

TÉLÉRAMA – FABIENNE PASCAUD 24 février 2016 Un duo plein de sarcasmes et de rage. Des petites touches pointil- listes interprétées entre fureur et mélancolie procurent un féroce plaisir.

L’HUMANITÉ – SOPHIE JOUBERT 22 février 2016 Un huis clos cruel et furieusement drôle sur la vie à deux, écrit par le co- médien Gilles Gaston-Dreyfus. Décapant.

LE POINT – FRANZ-OLIVIER GIESBERT 18 février 2016 L’enfer, c’est l’autre. Telle est la morale de l’abracadabrantesque « Couple ». Éclats de rire garantis.

FIGAROSCOPE – ARMELLE HÉLIOT 9 février 2016 À deux, c’est mieux. Partition aussi fine que cocasse pour deux interprètes rares et profondément accordés

LE FIGARO ET VOUS. – ARMELLE HÉLIOT 5 février 2016 Le couple, quelle bonne affaire ! Deux as du décalage, deux or- fèvres de l’imperceptible mouvement des corps, des voix, des regards. Aussi insolite que jubilatoire. Grisant et d’une drôle- rie sophistiquée

ELLE – ANNE DIATKINE 29 janvier 2016 L’amour à mordre ! En sortant du théâtre, on se dit qu’on a beaucoup ri mais que c’est terrible ! Les deux personnages savent comme personne distiller l’inquiétude. Aucun réalisme dans cette scène de la vie conjugale, mais le plaisir de l’absurde exacerbé.